Quel type d’implant mammaire choisir ?

L’augmentation mammaire ainsi que la reconstruction de la poitrine ont maintenant le vent en poupe. Cependant, malgré les progrès de l’anesthésie ainsi que les techniques chirurgicales toujours en constante évolution, force est d’admettre que la pose de prothèse mammaire n’a jamais été anodine. Le choix des implants mammaires revêt une importance capitale. Afin que la chirurgie mammaire soit exempte de risques et pour que le résultat final soit satisfaisant tant pour le confort que pour l’esthétique, voici un panorama des détails à prendre en considération pour choisir son type d’implant mammaire.

Choisir ses implants mammaires en fonction de leur forme : les prothèses rondes

Selon sa silhouette et sa corpulence, chaque femme peut très bien porter des prothèses mammaires qui visent à conférer un nouvel aspect à sa poitrine. Néanmoins, afin que ces implants puissent la ravir pendant de longues années, leur forme doit s’adapter harmonieusement à son anatomie. On compte essentiellement deux formes d’implant mammaire, à savoir la forme ronde et la forme anatomique. À noter que la forme de la prothèse, quelle qu’elle soit, contribue fortement à l’aspect esthétique de la nouvelle poitrine. C’est pourquoi elle s’affiche comme le premier critère auquel chaque patient souhaitant recourir à une augmentation mammaire à Bruxelles doit porter son attention avant de choisir ses implants.

La prothèse ronde a l’avantage de prendre une forme qui se veut plus naturelle, sous réserve que sa projection, c’est-à-dire l’avancée de l’implant vers l’avant, ne soit pas trop importante. A contrario, une projection forte apporte plus de volume à la partie supérieure de la poitrine. Le résultat ainsi obtenu est légèrement plus bombé et s’apparente davantage à la forme d’une pomme, mais qui demeure néanmoins plus naturelle. La patiente, si tel est son choix, peut ajuster à l’extrême la projection de la prothèse ronde, ce qui donnera un décolleté très prononcé et un aspect plongeant plutôt artificiel.

Cette forme de prothèse mammaire est plutôt recommandée aux patientes qui ont des seins naturellement formés, mais qui manquent de volume, ou à celles dont les seins sont vidés suite à une grossesse. Si vous vous apprêtez à recourir à la chirurgie d’augmentation mammaire en Belgique, vous n’avez qu’à voir ce site pour en savoir plus.

Choisir ses prothèses mammaires en fonction de leur forme : les implants anatomiques

À la différence de la prothèse ronde, l’implant anatomique vise à pallier le manque de volume dans le bas du sein. Le résultat ainsi obtenu se rapproche cette fois-ci de la réalité, en raison du fait que la pose d’implant anatomique permet de bénéficier d’un aspect en forme de goutte d’eau. La patiente est libre de jouer sur la projection pour ajuster le bonnet. Le chirurgien prothèses mammaires peut intervenir en plus sur la largeur comme sur la hauteur de la prothèse, pour un résultat final satisfaisant.

Les prothèses mammaires anatomiques se destinent particulièrement aux patientes minces ou celles chez lesquelles le galbe du sein dans sa partie inférieure est peu formé. À noter également que ces prothèses sont plébiscitées par les chirurgiens, dans le cadre d’une chirurgie de reconstruction consécutive à la mastectomie préventive, une opération qui consiste en l’ablation des deux seins.

Choisir ses implants mammaires en fonction de leur enveloppe

L’enveloppe fait également partie des critères fondamentaux sur lesquels les patientes doivent baser leur choix avant l’opération augmentation mammaire. Son choix doit essentiellement se faire en fonction de la forme de la prothèse mammaire sélectionnée, de la silhouette et de la corpulence de la patiente, mais surtout de ses antécédents médicaux. Parmi les enveloppes les plus utilisées figurent notamment la mousse de polyuréthane et l’élastomère de silicone.

L’enveloppe en mousse de polyuréthane se veut être plus fiable à long terme. Elle vise de surcroît à protéger la patiente contre les risques de rotation de l’implant dès lors que ce dernier est placé dans le sein. La mousse de polyuréthane est aussi en mesure d’empêcher la formation de coque, une membrane fibreuse générée par le corps pouvant durcir la poitrine jusqu’à camoufler son aspect naturel.

L’élastomère de silicone est aujourd’hui très répandue du fait qu’elle permet la pose d’un implant mammaire plus volumineux. Elle est particulièrement recommandée aux femmes minces afin de veiller à ce qu’aucun pli n’apparaisse après l’intervention du chirurgien am. Cependant, bien que l’élastomère de silicone texturée serait mieux toléré, celui-ci peut certainement réduire la souplesse ainsi que le mouvement des seins.

Choisir ses implants mammaires en fonction de leur composition

Les patientes qui souhaitent subir une augmentation ou reconstitution mammaire ont généralement le choix entre deux types de produits de remplissage.

Premièrement, le gel de silicone est aujourd’hui le produit de remplissage le plus recommandé par la plupart des chirurgiens mammaires. Celui-ci confère un aspect plus proche du naturel, c’est-à-dire qui imite parfaitement les poitrines n’ayant subi aucune retouche chirurgicale. Grâce au gel de silicone, la poitrine peut légèrement s’étaler vers le bas, comme les seins naturels, lorsque la patiente est debout. Cohésif, ce gel demeure compact et ne risque pas de se propager dans le corps en cas de rupture accidentelle de l’enveloppe.

D’autre part, le sérum physiologique est une solution d’eau salée ou chlorure de sodium dont la concentration est identique à celle du corps humain. Bien sûr, elle ne présente aucun risque pour la santé, et ce dans l’éventualité où la patiente serait confrontée à une rupture de l’enveloppe. Dans ce cas, le liquide sera juste absorbé et éliminé de manière naturelle. Cependant, le principal bémol du sérum biologique réside dans le fait qu’il donne un aspect légèrement liquide au sein, et peut s’accompagner de plis sur la peau. Du coup, le rendu final parait moins réaliste.

N.B. Si vous voulez opter pour une chirurgie mammaire, que soit à des fins esthétiques ou réparatrices, il existe d’autres critères à ne pas négliger, à savoir les certifications aux normes européennes, le prix, la marque, la garantie, la taille, etc. Avant de finaliser votre décision ou si vous peinez à trouver le type d’implant qui vous correspond, demandez toujours conseil à votre chirurgien augmentation mammaire.